Arrêt de travail

L’arrêt de travail consiste en une période de retrait à l’emploi.shutterstock_154811264

Lorsque caractérisé par un trouble d’ordre légal, il importe aux organisations de réduire les facteurs de risques pouvant mener au prolongement indéterminé de ce congé.

Si un individu doit effectuer un passage obligé au travers un processus judiciaire, force est d’admettre que son rétablissement sera souvent tributaire de la qualité et de l’efficacité du soutien juridique qu’il reçoit. Il a été estimé qu’en moyenne 33%* des salariés impliqués dans un litige contesté sont en arrêt de travail.

Or, le programme de soutien juridique aux employés se préoccupe de réduire les délais reliés aux arrêts de travail. Des juristes spécialisés traitent spécifiquement ces dossiers en s’assurant du bien-être des individus. De plus, notre cabinet dispose de ressources de soutien psychologique pour aider au rétablissement et éviter la récidive.

33% des prestations d’assurance invalidité proviennent des troubles psychologiques contre 2 à 3% au début des années 80.

Les employés sont donc de plus en plus souvent invalides suite à la détresse psychologique, qui elle-même peut trouver sa source dans un divorce, une situation familiale difficile ou une poursuite civile ou criminelle. Il importe que les arrêts de travail ne se transforment pas en invalidité, car les coûts deviennent importants pour l’employeur notamment parce qu’il doit former un autre employé. Par ailleurs, la fréquence des arrêts de travail est de nature à augmenter le coût des assurances collectives.

104H

* Projet de recherche réalisé par SJP avocats sur un échantillonnage d’environ 100 participants.