Détresse psychologique

shutterstock_247393759

La prévalence de la détresse psychologique (mesurée sur douze mois) et celle de la dépression majeure (mesurée sur douze mois) est plus forte parmi la population en emploi lorsque le soutien social au travail est faible. Cela touche en particulier les femmes (Institut de la statistique du Québec).

Le programme d’assistance juridique aux travailleurs et travailleuses du Québec permet aux employeurs de réhabiliter leurs employés souffrant de détresse psychologique liée à des problèmes légaux le plus rapidement possible, de façon à limiter les coûts pour l’entreprise, mais aussi les souffrances de ces individus. Intégrer un tel programme correspond à du management socialement responsable, en plus d’être économique.

En 2020, la dépression deviendra la deuxième cause d’invalidité dans le monde, juste après les maladies cardiovasculaires (Organisation mondiale de la Santé (2004), The global burden of disease).

La prévalence de la dépression chez les travailleurs et les travailleuses du Québec affecte tant les travailleurs que les entreprises et la société; nous avons tous notre part à faire pour combattre ce fléau qui menace notre bien-être économique à tous.

Chaque année, 30% des arrêts de travail de courte durée sont associés aux problèmes de santé mentale. Au Canada, ils représentent un fardeau économique de 50,8 milliards en perte de productivité (Samuel Larochelle, La Presse).

Il n’est pas rare qu’un individu devienne déprimé face à des poursuites judiciaires importantes qui sont de nature à raviver des souvenirs difficiles. Certains évènements ont un caractère émotionnel et juridique, comme le divorce.

L’état matrimonial est également un facteur de risque, d’après l’analyse de l’ISQ. La détresse psychologique touche 17,6% des gens mariés et 22,4% de ceux vivant en union libre. Cette proportion est de 26,6% chez les personnes divorcées (…) (Martin La Salle, Passeport Santé)

Lorsque l’on examine les décès liés au suicide selon l’état matrimonial, on découvre des taux sensiblement plus faibles pour les personnes mariées, et il existe un parallèle convaincant entre les tendances historiques du suicide et du divorce (Statistiques Canada).

shutterstock_186208424Un programme d’aide juridique aux employés permet d’abord de mitiger les dommages. En effet, en utilisant les services d’un coach parental et d’une médiatrice, un individu peut régler sa séparation plus rapidement et limiter les blessures émotionnelles. Si besoin est, un avocat peut également réduire le stress de l’employé(e) en gérant son dossier avec diligence et en épaulant cette personne.