Coaching Parental

shutterstock_146046422

Saviez-vous que la situation familiale au Québec est différente que de celle des autres provinces?

Au Canada, nous comptons 500 000 familles recomposées, ce qui représente 12% de l’ensemble des familles canadiennes.

Au Québec particulièrement, il y a plus de familles monoparentales et recomposées que dans le Canada (16,1% des familles). Notre province ce distingue à plusieurs égards :

  • 37% des couples québécois vivent en union libre contre 14% au Canada;
  • 49,5% des familles québécoises sont mariées contre 86% ailleurs au Canada;
  • 70% des femmes québécoises vivent en union libre quand elles aménagent pour la première fois avec leur conjoint contre 35% en Ontario;

Et de façon générale, les familles québécoises sont moins stables (ce qui explique la prévalence des familles recomposées). En fait, même pour les couples mariés, c’est plus de la moitié qui se divorcent éventuellement. La coparentalité est donc un phénomène qui prend une ampleur importante. Les parents ont besoin de support dans la restructuration du milieu familial afin d’agir dans l’intérêt de leurs enfants, et nous constatons un déficit à ce niveau.

Or, la détérioration des relations interpersonnelles entre les parents est de nature à envenimer les conflits, les procédures judiciaires à la garde et les pensions alimentaires des enfants et/ou même de créer des situations qui dégénèrent en procédures judiciaires. Cela pose un défi important pour les palais de justice en termes d’accessibilité à la justice. D’ores et déjà, les dossiers de la Chambre de la famille représentent au moins 50% de l’ensemble des dossiers ouverts en Cour supérieure dans les grands centres, et encore plus en périphérie

Chez SJP avocats, nous avons donc élaboré un programme qui s’inscrit dans cette logique et qui vient combler les besoins de la clientèle desservie par le Palais de Justice de Saint-Jérôme. Nous avons observez un besoin criant dans notre propre clientèle d’individus cherchant du support qui n’est ni juridique ni complètement psychologique. Nos clients voulaient de l’aide afin d’être efficient dans la transition familiale, afin de mieux comprendre l’autre parent, de voir plus claire dans la situation et de prioriser les intérêts de l’enfant malgré les problèmes relationnelles. Le coaching parental permet de rencontrer ces besoins et c’est pourquoi nous aimerions élargir notre offre.

Le coaching parental peut intervenir à différents stades des procédures; avant celles-ci, notamment dans le cadre de la médiation, pendant celles-ci afin de favoriser les méthodes de règlements alternatifs des conflits, et après les procédures afin d’aider à la mise en place de certaines mesures, dont la garde partagée.